Le CREFOM ET LA DÉPUTÉE ERICKA BAREIGTS SOLLICITENT LE RECTEUR

27 mars 2019
CD - Communication

RÉVISION D’AFFECTATION DES ENSEIGNANTS STAGIAIRES AFFECTES DANS L’HEXAGONE

Dans un courrier commun en date du 26 mars 2019, la députée Ericka BAREIGTS et Richel SACRI délégué régional du CREFOM Réunion sont intervenus auprès du recteur Vellayoudom MARIMOUTOU pour plaider la cause des enseignants professeurs stagiaires du second degré, appelés à rejoindre leur affectation en France hexagonale alors que des postes seraient vacants à La Réunion. Ce qui pourrait justifier leur maintien sur le territoire.

Originaires du département, ces personnes ont effectué leur stage localement et expriment toutes le souhait que leur affectation soit reconsidérée pour leur permettre d’occuper les postes non pourvus à l’issue des mouvements inter-académiques.

« Cette demande nous semble faire écho à la loi égalité réelle, dans laquelle s’inscrivent les CIMM (Centre des intérêts moraux et matériels) récemment validée par le conseil d’état qui reconnaît la pertinence de leur intégration dans le calcul du barème des mutations, suite à un recours pour excès de pouvoir de l’administration » écrivent conjointement la députée et le délégué régional du CREFOM.

Et de poursuivre : « Il nous apparaît dès lors pleinement justifié que ces principes s’appliquent également dans les cas d’affectation qui suivent la réussite au concours, dans la mesure où des postes restent vacants localement à l’issue du traitement des demandes de mutation. Pour mémoire, nous avons eu l’occasion d’interpeller le ministère de l’Education nationale et la DGRH sur l’aberration que représente l’application des circulaires internes relatives aux affectations suite aux concours nationaux en arguant que les réunionnais lauréats des concours ne refusent pas une affectation dans l’Hexagone, mais ne comprennent pas que leur demande de maintien ne soit pas entendue alors qu’il reste des postes vacants à La Réunion. »

La réponse qui a été faite par le ministère indique que : « le mouvement étant national et non remise en cause par les différents partenaires, une péréquation est indispensable entre les académies qui veulent avoir des « titulaires formés » en face de leurs élèves. La mise en place des commissions chargées d’évaluer ces demandes au sein des académies, a permis d’améliorer l’étude des cas présentés et un examen attentif sera poursuivi par la DGRH en particulier pour les situations sociales et familiales préoccupantes. »

Conformément à cette disposition ladite commission se réunira ce vendredi 29 mars afin d’examiner des demandes formulées par les stagiaires réunionnais.

Le CREFOM REUNION et Ericka BAREIGTS joignent à leur courrier quelques exemples de recours motivés par les situations familiales préoccupantes qu’engendrerait l’éloignement d’une ou d’un conjoint d’un foyer accueillant des enfants en bas âge et déclarent : « Au-delà de l’intérêt familial en jeu, il en va aussi, nous en sommes persuadés, de l’intérêt du service de pouvoir disposer d’un personnel formé en lieu et place des contractuels sans grande expérience appelé à pourvoir ces postes non-pourvus. » 

Pour toutes ces raisons, ils demandent au Recteur : « d’examiner avec une bienveillante attention les demandes soumises à l’examen de la commission locale pour qu’elles fassent l’objet d’un traitement plus humain, tel qu’il a été évoqué par le Ministre de L’Education Nationale lors de son passage dans l’académie, et que la plus totale transparence soit observée dans la gestion des postes vacants sur le territoire. »

Ericka BAREIGTS                                                                                       Richel SACRI

Députée de La Réunion                                                                              Délégué Régional du CREFOM

 
© 2020   Crefom.org, Tous droits réservés.